Les cantines scolaires

En Haïti

En Haïti des enfants meurent de faim.

Pour beaucoup de parents la seule solution est le placement de leurs enfants, dès 5 ans en « restavec » (esclavage domestique)

L’amplification de la crise politique a contraint les ONG à supprimer toute aide dans les écoles.

Dans un premier temps l’Association Ti’Moun a souhaité créer une cantine scolaire pour les 680 élèves de l’Ecole Nationale primaire de Ternier (6 000 habitants)

En France

Grâce une collecte de cartouches usagées (consommables bureautiques, imprimantes, fax, photocopieurs) récupérées en vue de leur recyclage et à des actions ponctuelles l’Association Ti’Moun a pu trouver les fonds pour financer une cantine scolaire.

En 2007,  la collecte des cartouches usagées, à permis de verser environ 4 000 € à l’Association Ti’Moun.

Grâce,en partie, à cet argent 11 500 repas ont pu être servis ce qui représente un repas par semaine et par enfant… pendant 17 semaines.

Après quelques années la collecte des cartouches usagées a du, malheureusement, être abandonnée. En effet, l’entreprise avec laquelle nous traitions a déposé son bilan en décembre 2008. Une nouvelle filière nous imposait des conditions draconiennes ; le travail de tri des cartouches devenait de plus en plus contraignant au regard du coût de rachat des quelques références désormais reprises. De plus les frais de destruction des cartouches non valorisables avaient augmenté de telle façon que le bénéfice de la récupération était devenu insignifiant.

De nouvelles sources de financement ont dues être trouvées dont la création des « dons cantine » (20€ par mois financent le repas quotidien de 5 élèves pendant ce mois)

Réalisation

L’organisation de la distribution des repas est la suivante :

Ecole Imenes Ogé de Ternier

Dirigée par Tony Bouchette – censeur René Remy

387 élèves dont 253 parrainés

Ecole ouverte en 2008

La cantine est gérée par Emma Bouchette et trois cantinières qui sont rémunérées par l’association Ti’Moun sur la partie « frais de vie » des parrainages. Elles se font aider par des mamans, qui interviennent à tour de rôle, dans le cadre du service rendu.

Chaque jour tous les élèves ont un repas financé par les parrainages, les « dons cantine », des dons ponctuels et le Plan Alimentaire Mondial  (*)

Le menu de la cantine est très simple :

  • Lundi : riz collé, légumes
  • Mardi : boys (farine humidifiée et roulée en forme de banane et bouillie) avec de la sauce pois
  • Mercredi : riz collé sauce hareng
  • Jeudi : maïs moulu, légumes
  • Vendredi : riz collé, légumes avec un peu de viande

(*) : De nouvelles aides dans le cadre du Plan Alimentaire Mondial après le séisme améliorent le quotidien des enfants de l’école  mais cela implique la mise aux normes des installations :

  • remplacer la cuisson au bois par le gaz (pour lutter contre la déforestation),
  • avoir un local adapté au stockage des denrées.

Grâce à la mise en place d’un conteneur donné par le Conseil Général de la Manche le local demandé par le PAM a été créé où sont entreposées les denrées de base.

Ecole Secondaire de Ternier

Dirigée par Tony Bouchette

302 élèves dont 81 parrainés

Les jeunes parrainés disposent d’un ticket-repas par jour ; les autres jeunes ont un ticket-repas par semaine.

Ils retirent tous leur repas dans un petit local appelé « Coupe-Faim »

Deux personnes, rémunérées par l’association Ti’Moun sur la partie « frais de vie » des parrainages, préparent les repas.

Le menu est composé de beignets farcis de légumes (choux, oignons…) accompagnés d’une boisson fraîche (grâce à un réfrigérateur alimenté par un panneau solaire financé par l’association Ti’Moun)

Ecole de Ridoré

Dirigée par Paulette Payen

154 élèves dont 19 parrainés.

Les enfants parrainés reçoivent 1 ticket-repas par jour ; ticket-repas qu’ils vont chercher au petit local « cantine » dans la cour de l’école.

Depuis janvier 2012 tous les élèves ont un repas par semaine, financé par l’association Ti’Moun grâce aux parrainages, aux « dons cantine » et à d’autres dons ponctuels.

L’école de Paulette ne remplit pas les conditions  requises pour bénéficier de l’aide du Plan Alimentaire Mondial.

Par ailleurs, à chacun de nos voyages les 650 élèves de l’Ecole Nationale de Ternier bénéficient d’un repas.

Pour les enfants parrainés de Port au Prince et de Jacmel les responsables des parrainages (Aritha pour Port au Prince, Mirline pour Jacmel) remettent aux parents, ou au tuteur des enfants, une somme correspondant à la partie « cantine » du parrainage.

Cet argent permet de payer la nourriture ou la cantine (s’il y en a une) de l’enfant.

A la Vallée, comme ailleurs en Haïti, sans l’intervention d’association ou du Plan Alimentaire Mondial, il n’y a pas de cantine. Souvent les enfants n’ont alors qu’un morceau d’igname bouilli le matin et le soir, vers 17 heures, le repas familial,composé d’un petit peu de maïs moulu, ou de riz, ou de boy et d’un fruit suivant la saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *